Freeletics – Episode 2

Freeletics – Episode 2

logo Freeletics

Et voilà, me voici en semaine 13 !

La majeure partie du premier programme est accomplie. De la semaine 8 à 12, c’était des « petites semaines » avec seulement 3 jours (j’ai indiqué vouloir 3 séances par semaine). Mais maintenant je repasse à 4 workout par semaine. Surtout que la « Hell week » approche, alors autant se préparer !!!

Je suis toujours aussi motivé et « accroché » à la méthode ! Alors, quoi de neuf depuis le premier épisode ?
En semaine 8, l’objectif donné par le coach était de se concentrer sur l’exécution parfaite des mouvements sans se préoccuper du chrono. Ce n’est pas plus mal, car comme on s’entraîne tout seul dans son coin, il est bienvenu de nous rappeler qu’il faut s’appliquer pour bien travailler et éviter les blessures. Et puis au bout de 8 semaines, on est un peu moins en mode découverte des exercices. On a progressé physiquement et au niveau cardio. C’est le moment de corriger les petites erreurs d’exécution.

Au bilan de la semaine 10, j’ai dit au coach que ça devenait un peu facile. S’en est suivi une augmentation de la difficulté du programme proposé. Sans que ce soit trop fort non plus, histoire d’en baver un peu plus mais de rester motivé !
Les semaines 11 et 12 se sont faites sous les débuts de la canicule. Je n’ai jamais autant bu en faisant du sport. C’est là qu’on voit notre progression, car c’est dur mais on arrive au bout. On s’étonne soi-même.

Voici un aperçu de ma semaine en cours :

semaine 13

 

Pour poursuivre sur mes impressions sur Freeletics en général, voyons quelques moyens de motivations utilisés par l’application.

  • Sur les Work Out :
    • il y a un petit bonus de points quand on bat le chrono de son meilleur temps (Personal Best ou PB sont les expressions utilisées). C’est motivant pour réduire les pauses qu’on s’accorde. De plus, ce chrono nous suit en mode « fantôme » quand on refait le Work Out concerné dans une autre séance. On sait exercice par exercice où on en est, ainsi que sur le temps global. Notre adversaire c’est nous-même, et Freeletics tient à nous le rappeler. Je trouve cela vraiment efficace.
    • quand on fait une séance, on gagne une étoile à condition d’avoir fait une bonne exécution des mouvements et réalisé tous les exercices proposés. Si jamais on a eu besoin d’aide (ex : les squats pistols en se tenant) ou qu’on a remplacé un exercice par un moins difficile (ex : burpees à la place de burpees squat jump) on ne s’attribue pas d’étoile.
  • Le coach :
    • le coach est bien présent. Avec lui on dresse un rapide bilan de fin de semaine. Surtout pour adapter le niveau de difficulté de la semaine à venir, cependant on peut indiquer une blessure ou une contre-indication qui sera prise en compte pour le programme de la semaine. C’est sympa pour pouvoir continuer tout en se préservant d’une blessure.
    • chaque semaine débute avec des conseils. Cette partie est essentiel pour des sportifs débutants ou ayant fait une très longue pause. Si vous aviez déjà une activité régulière, ce ne sont que de simples rappels, toujours bons à entendre.
  • La communauté :
    • c’est un gros point fort de la méthode. Les communautés dans l’application mais aussi sur Facebook sont hyper-actives. On y trouve tout ce qu’on peut chercher pour garder ou retrouver de la motivations :
      • partager sa performance ou sa contre-performance afin de recevoir des encouragements,
      • demander des conseils sur des exercices,
      • demander des conseils de nutrition,
      • chercher des partenaires pour faire des séances en groupe,
    • l’organisation de challenges nationaux ou à l’échelle mondiale. Car Freeletics est utilisé dans de nombreux pays, et se mesurer à soi-même c’est bien, mais pouvoir se jauger vis-à-vis des autres c’est aussi une source de motivation et de satisfaction !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.